Priva | Blog | What role does facilities management play

Réinventer : Quel rôle joue la gestion des installations ?

La sous-estimation des gestionnaires d'installations est-elle une tendance récente ? De nombreux observateurs du secteur en sont convaincus et le sentiment général est que ce manque de reconnaissance repose principalement sur les cadres supérieurs d'une organisation.

vendredi 19 juin 2020

Dans son article d'août 2019, Linda Hausmanis (1), PDG de l'Institute of Workplace and Facilities Management, a fait valoir qu’« historiquement, les cadres supérieurs ont sous-estimé l'impact que la gestion du lieu de travail et des installations peut avoir, et peut-être que les gestionnaires d’installations ont été trop timides pour se promouvoir et valoriser leur profession. Mais le temps est venu pour les directeurs des finances et des ressources humaines, et pour toutes les autres fonctions siégeant autour de la table du conseil d'administration, de saisir les bénéfices non négligeables offerts par la gestion des installations. »

Les observations exposées dans cet article, rédigé avant le Covid-19, s'appliquent certainement encore plus pertinemment au moment où nous nous adaptons à une nouvelle normalité. Alors que de nombreux employeurs planifient actuellement leur retour au travail, il serait bon qu'ils tiennent compte des implications globales de la définition de la gestion des installations de l'International Facility Management Association (IFMA), à savoir « une profession qui englobe de multiples disciplines pour assurer la fonctionnalité, le confort, la sécurité et l'efficacité de l'environnement bâti en intégrant les personnes, le lieu, le processus et la technologie » (2).

« Ces derniers mois nous ont appris une leçon importante, à savoir qu'il ne faut pas sous-estimer l'importance des gestionnaires d'installations dans la mise en œuvre et le maintien de lieux de travail sains », explique Peter Vandendriessche, vice-président de Priva Building Automation pour la stratégie et le commerce.

Bien que l'attribution précise des responsabilités varie évidemment d'une structure à l'autre, les compétences de base du gestionnaire des installations comprennent généralement la sélection et la gestion de la technologie, l'évaluation de la qualité, la gestion de l'environnement et la durabilité, et élément qu'aucune entreprise ne sous-estimera plus jamais, la préparation aux situations d'urgence et la continuité des activités. L'IFMA souligne également que l'automatisation accrue et l'internet des objets comptent parmi les évolutions les plus récentes qui annoncent une charge de travail supplémentaire pour ces professionnels.

Dans ce contexte, il est logique de considérer le gestionnaire des installations comme un pivot fondamental autour duquel tourne toute l'activité quotidienne d'une organisation. Malheureusement, les échanges que nous avons eus avec les titulaires de ces postes au fil des ans ont confirmé que, trop souvent, ils se sentent cruellement sous-estimés par leurs employeurs. Au lieu d'être considérés comme des catalyseurs essentiels de l'efficacité du lieu de travail, certains sont perçus au mieux comme du personnel d'assistance. Cela revient à dire qu'ils ne sont pas toujours associés suffisamment tôt aux processus décisionnels vitaux. En outre, ils ne reçoivent pas toujours les ressources suffisantes pour garantir que les infrastructures des bâtiments restent adaptées à leur destination.

« Je suis chez Priva depuis plus de 30 ans. Au fil du temps, j'ai vu la société grandir et évoluer. Chez Priva, nous avons toujours considéré que la santé et le confort des employés étaient importants. Mais je suis heureux de constater que ces dernières années, la prise de conscience générale du bien-être des employés et de la gestion des installations s'est accrue. Je pense que cette tendance va se poursuivre à l'avenir », explique Ruud Hulleman, responsable de l'immobilier sur le campus de Priva, De Lier.

La crise récente oblige les employeurs à réfléchir plus rigoureusement à la manière de gérer leurs bâtiments. Cela devrait signifier que les gestionnaires des installations doivent être mieux considérés à l'avenir. Cela devrait également signaler un plus grand engagement avec le personnel des gestionnaires des installations pour exprimer leurs préoccupations ou leurs recommandations afin d'améliorer le bien-être au travail. Néanmoins, les répercussions sur les employeurs et les gestionnaires d'immeubles ne sont pas encore toutes évidentes. Ce qui est sûr, c'est qu'il y a de fortes chances que cette évolution se traduise par des responsabilités supplémentaires pour cette profession. Il est difficile d'envisager qu’elle ne joue pas un rôle central dans les futurs programmes qui impliquent que les lieux de travail soient évalués en fonction de leur « aptitude en cas de crise » d'une manière qui soit parallèle aux évaluations existantes des performances des bâtiments.

Cette combinaison de facteurs signifie qu'il n'y a jamais eu de meilleure occasion pour les entreprises de s'assurer que les gestionnaires des installations sont au cœur de leurs processus décisionnels.

Et, comme Linda Hausmanis le laisse entendre dans son article, les gestionnaires des installations eux-mêmes ne devraient pas se retenir d'affirmer la valeur de leur contribution !

Source :
(1) Facilities Management Journal, August 2019: https://www.fmj.co.uk/magazines/fmjaugust2019ebook.pdf
(2) https://www.ifma.org/about/what-is-facility-management

Voulez-vous rester informé ?

Alors inscrivez-vous à notre newsletter et restez au courant des dernières nouvelles sur l'automatisation des bâtiments.

S'inscrire